Fondation M, fondation d'utilité publique Contacts       Témoignages video       Témoignages écrits
Rapport d'évaluation du projet « Savoir-être à l'école »

« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre (...) Ne soyez pas prisonniers des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d`autrui. Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure et, plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L`un et l`autre savent ce que vous voulez réellement devenir, tout le reste est secondaire. »

Steve Jobs (1)

Ces mots de Steve Jobs évoquent bien la teneur du projet Savoir-être à l’école, qui souhaite offrir aux jeunes des moyens concrets pour découvrir cette voix intérieure et développer cette liberté d’être soi. Car les enjeux de ce projet sont là : mieux se connaître, développer des capacités d’introspection souvent trop négligées, s’adapter aux incertitudes, s’autonomiser, se construire en interaction avec le monde qui les entoure et les adultes qui les guident, découvrir les autres, s’engager en toute conscience… Il peut également contribuer à soutenir leur curiosité et leur motivation à apprendre, à développer leurs capacités de réflexion, d'analyse et de concentration, en d’autres mots, à les rendre disponibles pour l’apprentissage. Vaste programme, semble-t-il, mais peu à peu émergent déjà des constats encourageants, et surtout l’envie de poursuivre...

La première année du projet a essentiellement été consacrée à la découverte de l’accueil réservé à l’Approche Neurocognitive et Comportementale dans le monde de l’école, en partenariat avec cinq écoles-pilotes de l’enseignement secondaire. Dès la deuxième année, et tout au long de la troisième, de nouvelles écoles ont rejoint le projet pour se former en équipes. L’enseignement fondamental s’y est également engagé. Dans les écoles-pilotes, des actions spécifiques ont déjà émergé, selon les besoins des enseignants déjà formés : une formation en remédiation et coaching scolaire, des ateliers pour les jeunes, des projets d’école en lien avec la connaissance de soi… Et cela tout en poursuivant des séances de suivi pour mieux s'approprier la démarche, sous forme de rappels, traitements de cas, échanges de pratiques, supervisions…

Depuis plus de trois ans maintenant, les écoles sont demandeuses pour poursuivre le processus, et le défi consiste désormais à ne pas lâcher les premières équipes tout en assurant la formation des nouvelles. Un accompagnement dans la durée se met ainsi en place, pour soutenir l’intégration des nouvelles compétences acquises en formation.

Au terme de ce premier cycle de trois années, la Fondation M a souhaité disposer d’une étude plus complète sur les impacts et les enjeux d’une telle démarche. Elle en a chargé le Département d’Education et de Technologie de l’Université de Namur, qui accompagne le projet depuis son lancement. C'est là l'objet de ce rapport.

Au vu des réactions, réflexions et actions des enseignants engagés depuis le début, ce projet semble répondre à de réels besoins du monde scolaire, mais aussi au sens plus large, de toute personne qui a mission d’éducation.

Sur base de notre expérience dans la recherche et l’accompagnement de projets d’innovation, nous constatons que le Savoir-être à l’école touche à des points essentiels qui permettront peut-être d’ouvrir la réflexion, de confronter et de travailler sur ce qui freine ou au contraire porte le changement : les représentations, les systèmes de valeurs, les croyances, les inquiétudes, les motivations profondes de chacun, tout ce qui peut entraver ou stimuler une communication fluide entre tous, jeunes et adultes confondus, et une conscience élargie de ce qui guide chacun dans ses actes professionnels ou ses actes d’apprentissage.

Ce rapport s’est voulu le plus complet possible, destiné aux professionnels de l’éducation et autres personnes soucieuses du bien-être des jeunes. La première partie décrit le projet Savoir-être à l’école, son origine, ses objectifs et ses enjeux, et son sens dans le contexte actuel de l’éducation, en lien avec les recherches en sciences humaines. On y trouvera ensuite une description des contenus de formation et une présentation des différentes activités menées depuis trois ans. La deuxième partie est consacrée à l’évaluation du projet, sur base d’une enquête réalisée auprès des participants. Les informations issues de cette enquête, complétées par des interviews, des témoignages et des observations sur le terrain, débouchent enfin sur des perspectives et recommandations pour la suite du projet.

Catherine Canivet, chercheuse,
Département Education et Technologie, Université de Namur

» Pour en savoir plus, téléchargez le rapport 2011


(1) Extrait de l’intervention de Steve Jobs (fondateur d’Apple) devant les jeunes diplômés de Stanford (2005)

Fondation M, fondation d'utilité publique
Fondation M, fondation d'utilité publique